Les news

Extension du Centre TCS de Cossonay

Publiée le 2 décembre 2014

Quelque 11 mois ont été nécessaires au consortium  « ADV – CAMANDONA – SOTRAG – WALO » pour réaliser la première phase du projet d’extension du centre TCS de Cossonay.

Ce chantier d’envergure a nécessité tout notre savoir-faire pour une réalisation de haute technologie tout en respectant l’environnement. Le terrain naturel ainsi que les les matériaux de fondation on été stabilisés en place afin de limiter l’apport de matériaux primaires et leur transport. Les enrobés bitumineux contiennent une forte teneur en matériaux valorisés.

La nouvelle piste de 22’000 m2 de surface en dur a nécessité 6’500 tonnes d’enrobés bitumineux fabriqués par notre centrale de Daillens, éloignée de seulement quelques kilomètres. 14’000 tonnes de grave non traitée ont été acheminées depuis les carrières Holcim à Eclépens.

Un réservoir de plus d’un million de litres, construit sous la piste d’essai, permettra de recueillir l’eau de pluie et de la réinjecter dans un système d’arrosage sophistiqué afin de simuler l’aqua planage avec un vrai tapis d’eau écologique.

Un nouvel immeuble d’une surface de 780 m2 offrira une nouvelle réception, cinq salles de formation, quatre bureaux et leurs annexes, ainsi qu’un restaurant-cafétéria avec terrasse.

Le seconde phase, prévue en 2015, sera consacrée aux modifications et entretiens de la piste existante.

Extension du Centre TCS de Cossonnay from Camandona SA on Vimeo.

Gestion énergétique : La convention d’objectifs 2013-2020 est conclue !

Publiée le 27 novembre 2014

CAMANDONA SA est une des premières entreprises productrices d’enrobés bitumineux à conclure une convention d’objectifs pour la période 2013-2020.

La Confédération, représentée par l’OFEN, l’OFEV et le CANTON DE VAUD ont ainsi accepté la convention établie sur la nouvelle plateforme « Modèle énergie » de l’AEnEC.

Avec cette démarche, l’entreprise poursuit activement ses efforts initiés en 2006 et apporte ainsi sa contribution significative aux efforts de la Confédération pour une utilisation efficace de l’énergie et une réduction des émissions de gaz à effet de serre.

L’assainissement, le renouvellement et l’optimisation des installations sont étudiés chaque année et permettent, avec l’application de nouvelles techniques comme l’enrobage à basse température (EBT), d’atteindre les économies et objectifs fixés.

Le monitoring des consommations globales permet la comparaison avec d’autres entreprises productrices d’enrobés au travers de benchmarks bien définis.

Par ailleurs, la mise en place d’un programme d’acquisition de données au quart d’heure va très prochainement permettre d’analyser et d’optimiser tous les consommateurs d’énergie des sites de production de Daillens et de St-Triphon.

Certificat de l’Agence de l’énergie pour l’économie

Plus d'informations

Formation : Un nouveau chef d’équipe bâtiment et génie civil

Publiée le 13 mai 2014

Un grand bravo à Joaquim Jorge DA SILVA EIRAS qui a réussi son examen de « chef d’équipe bâtiment et génie civil ».
La cérémonie de remise des diplômes a eu lieu le vendredi 25 avril 2014 à Tolochenaz après deux ans de formation en cours d’emploi au sein de l’école de la construction de la FVE.

Les nouveaux chefs d’équipe bâtiment et génie civil à l’honneur

 

L’ancien pont de la jonction A9 de Villeneuve a été « croqué »

Publiée le 23 avril 2014
La démolition de l’ancien pont s’est effectuée du 4 au 13 mars grâce à la technique unique dite de « croquage », qui consiste à réduire le béton en gravats au moyen de mâchoires hydrauliques montées sur un bras mécanique. Ces travaux se sont déroulés de manière optimale et dans les délais prévus. Un pont provisoire avait été érigé au préalable pour garantir la fluidité du trafic.Les travaux en vue de la construction du nouveau pont se tiendront au mois de juin. Le tablier du nouvel ouvrage sera soutenu, non pas par des piliers verticaux, mais par des béquilles latérales placées en position diagonale, permettant un passage plus large pour le trafic. Le nouveau pont comptera 13 poutres en béton préfabriquées, qui seront acheminées sur site par convois spéciaux.


Plus d'informations

Pont provisoire sur l’A9 à Villeneuve

Publiée le 8 novembre 2013

Construction d’un pont provisoire sur la jonction de Villeneuve.

Le pont en passage supérieur de la RC 780 qui traverse l’autoroute au niveau de la jonction de Villeneuve, doit être démoli et remplacé par un nouvel ouvrage. Afin de maintenir le trafic durant ces travaux, l’office fédéral des routes (OFROU) nous a mandaté pour la construction d’un pont provisoire.

Pour cet ouvrage de 43 mètres de long, nous avons réalisé deux fondations sur micro-pieux de part et d’autre de l’autoroute. L’appui central a été construit sur la berme centrale sans interruption du trafic. 750 mètres de tirants d’ancrage « Swiss-Gewi » de diamètre 50 mm ont été posés afin de mettre en tension horizontale les deux culées en béton armé remplies de ballast. Le tablier, composé de prédalles posées sur des poutres métalliques, a été assemblé en deux nuits avec maintien du trafic de l’autoroute A9 en bidirectionnel. Les deux giratoires provisoires, construits de part et d’autre, permettent l’accès durant les travaux de reconstruction du pont principal. En 2015, tous ces aménagements seront soigneusement déconstruits et l’environnement reprendra son aspect initial.

Construction d’un pont provisoire sur la jonction de l’autoroute A9 à Villeneuve. Camandona SA from Camandona SA on Vimeo.

Plus d'informations

CFC 2013 (Article 32 LFPr)

Publiée le 8 juillet 2013

Nous sommes très heureux d’accueillir deux maçons et deux constructeurs de routes et de partager leurs émotions et leurs fiertés bien légitimes, lors de la cérémonie de remise des certificats fédéraux de capacité (CFC). Ce diplôme vient couronner 3 ans d’études en parallèle avec le travail de tous les jours au sein de notre entreprise. Bravo à vous.

 

De gauche à droite : César FARIA, Fabrice SOUSA, Filipe DA SILVA DE AFONSECA, José Carlos CASTANHEIRA AUGUSTO

 

EBT – Enrobés à basse température

Publiée le 13 février 2013

Les nouvelles technologies d’enrobage semi-tiède permettent de fabriquer des revêtements routiers à empreinte carbone nettement réduite. Pour des raisons économiques et de compatibilité avec nos procédures de fabrication, nous avons choisi  la technique du moussage du bitume. Avec l’aide de l’entreprise Ammann Suisse SA, nous avons équipé notre centrale de Daillens d’un générateur de bitume mousse. Le principe de fonctionnement est le suivant : de l’eau sous pression est injectée dans le bitume chaud, ce qui provoque le moussage du bitume juste avant l’introduction dans le malaxeur. >>> Plus d’informations sur le procédé Ammann <<<

La température de fabrication est abaissée de 30 à 40 °C. Les matériaux minéraux sont séchés et chauffés à seulement 130 °C dans le tambour sécheur principal. Les matériaux bitumineux de recyclage sont réchauffés à une température de 120 °C dans un tambour parallèle. Après introduction des minéraux dans le malaxeur, on injecte du bitume mousse au travers des rampes de dispersion. Cette méthode prévient les chocs thermiques entre les matériaux neufs et recyclés et diminue ainsi les jets de vapeur dans les cribles, ainsi que la condensation dans le filtre.

Par rapport à la procédure de fabrication à chaud, la méthode EBT avec bitume mousse présente bien des avantages :

  • Le gain énergétique lié au chauffage modéré des granulats est d’au moins 20 %
  • Les émissions atmosphériques (gaz à effet de serre) diminuent d’au moins 30% (CO2 équivalent)
  • La réduction de température réduit considérablement les émanations lors de l’enrobage et de la pose
  • Le vieillissement à court terme est réduit (oxydation). On pourra ainsi augmenter la teneur en granulats bitumineux de recyclage sans devoir choisir un liant très mou ou incorporer un adjuvant régénérant.

Pour une bonne homogénéisation entre le bitume résiduel et le bitume moussé, on veillera à augmenter légèrement le temps de malaxage (env. 5 secondes)

En compactant le revêtement bitumineux après un temps d’attente de 30 minutes, on obtient un degré de compactage satisfaisant de 97 % Marshall après environ 20 passes. La température dans la couche est alors comprise entre 60 et 90 °C.

Bitume-mousse. Une première en suisse from Camandona SA on Vimeo.

Des routes vertes avec l’Enrobés Basse Températures EBT. Low temperature asphalt Green Roads from Camandona SA on Vimeo.

Plus d'informations

CAMAPHONE LNA 4 – Le revêtement phonoabsorbant (Low Noise Asphalt)

Publiée le 11 janvier 2013

 

Le bruit est l’une des nuisances environnementales les plus répandues dans notre pays : on estime qu’environ 1,2 million de personnes sont victimes du seul bruit routier en Suisse. Cette nuisance, en apparence banale, n’est pas anodine puisqu’elle peut entrainer des atteintes sévères à la santé. La législation fédérale prévoit l’obligation d’assainir les routes les plus bruyantes d’ici à 2018. Les mesures les plus efficaces sont celles qui permettent de réduire le bruit à sa source, comme la pose de revêtements routiers phonoabsorbants ou l’utilisation de pneus silencieux.

Principe de fonctionnement : La surface lisse des revêtements bitumineux traditionnels réfléchit les ondes sonores. Dans le cas d’un revêtement phonoabsorbant, le bruit est littéralement piégé par la structure particulièrement fine et poreuse de la surface. Le gain acoustique à la pose est de 8 à 9 décibels (dB), contre 1 à 2 pour un revêtement standard neuf.

Composition : Les granulats minéraux spéciaux Famsiphonogrip® utilisés sont issus de la carrière de Choëx-Massongex et présentent une granulométrie discontinue de 0/4mm. Leur dureté et leur micro/macro texture particulière garantissent une bonne absorption du bruit ainsi qu’une excellente tenue contre le polissage. (CPA)

La faible épaisseur de mise en œuvre ainsi que l’utilisation d’un liant modifié aux polymères du type PmB (CH-E) confèrent à cet enrobé une tenue à l’orniérage particulièrement élevée. De plus, la faible épaisseur nominale (27.5 mm) permet d’assainir des couches d’usure sans altérer l’interface entre l’ancienne couche de surface et les couches inférieures. Les quantités de déchets et de matériaux nécessaires à un entretien sont réduites et rendent le prix très compétitif.

Références : Nos expériences concluantes sont nombreuses et encourageantes. Les principaux tronçons assainis avec le CAMAPHONE 4 sont situés entre le Valais et le bassin lémanique :

Planche d’essai à Bière 1’200 m2
RC2b à Commugny (VD)    Fiche de référence complète 9’000 m2
Traversée de Saxon (VS) 3’600 m2
Route d’Ollon à Aigle 2’500 m2
Avenue du Chamossaire et avenue de Loës à Aigle 2’700 m2
Avenue de la Vallombreuse à Prilly 2’700 m2
Avenue du Bugnon à Lausanne 3’000 m2
Avenue de la Gottaz et Monod à Morges 4’900 m2
Route de Genève à Cheseaux 1’600 m2
Plus d'informations

BCMC ou White-Topping (Béton de Ciment Mince Collé)

Publiée le 20 décembre 2012

La chaussée composite en BCMC permet de lutter contre les déformations permanentes induites par des sollicitations extrêmes.  Elle s’utilisera indifféremment soit en travaux neufs à titre préventif, soit en travaux d’entretien à titre curatif.

Les avantages de l’utilisation d’une couche de surface en béton de ciment sont, d’une part, sa grande rigidité qui permet de répartir les charges de poinçonnement et ainsi soulager les couches sous-jacentes et, d’autre part, la protection thermique par sa couleur claire et sa stabilité rhéologique.

On pourra utiliser les revêtements composites principalement sur des voies de circulation particulièrement exposées à l’orniérage soit par l’importance du trafic lourd soit par les conditions d’application de certaines charges comme les bus etc. ou les deux :

  • Voies de bus
  • Arrêts de bus
  • Zones de parcage
  • Approche de carrefour
  • Zones de stockage
  • Aires de repos poids lourds
  • Places industrielles

L’exemple illustré ci-dessus a été réalisé en 2 jours sur l’arrêt de bus « Venoge-Sud » à St-Sulpice.  Fiche de référence complète

La technique BCMC a été adoptée en variante à une dalle en béton armé en raison de présence de conduites de gaz. Le revêtement bitumineux était légèrement déformé par le passage des bus et présentait une épaisseur totale d’environ 20 cm.

Avec l’utilisation d’un accélérateur de prise, les travaux peuvent être réalisés durant la nuit avec une remise en circulation de la zone traitée dès le lendemain matin sans interruption du trafic aux heures de pointe.

On pourra réaliser des économies substantielles avec une solution BCMC. En effet, un entretien de revêtement bitumineux déformé coutera environ la moitié du prix d’une dalle en béton armé. Une structure neuve, incluant le revêtement bitumineux et le BCMC, reviendra aux deux tiers du prix d’une dalle en béton armé.

Plus d'informations

Murs en pierres sèches

Publiée le 21 octobre 2012

Les murs en pierres sèches sont emblématiques des paysages jurassiens. Ils sont étroitement liés aux pâturages boisés, structures paysagères typique de l’Arc jurassien, et donc à l’exploitation sylvico-pastorale. Le Parc Jura vaudois soutient les propriétaires d’alpages (communes et particuliers) pour la réfection de murs en pierres sèches.

CAMANDONA SA participe à la maintenance et à l’entretien de ce patrimoine en effectuant des travaux de remise en état de ces murs emblématique